Venerie

ou TIERSAN, (Vénerie) il se dit du sanglier, à la troisième année.
S. m. (Vénerie) c'est le nom qu'on donne au premier des oiseaux qui attaque le héron dans son vol ; on l'appelle tombisseur ou haussepié.
S. f. (Vénerie) ce sont des fumées qui sont à-demi formées ; quand elles sont grosses et molles, elles marquent un cerf de dix cors.
(Vénerie) aller à la trolle, c'est découpler les chiens dans un pays de bois, pour quêter et lancer une bête que l'on veut courre, sans avoir été la détourner.
(Vénerie) cri qui marque qu'on voit la voie de la bête que l'on chasse, ou que l'on en revait les fumées.
S. m. (Vénerie) c'est la chasse qui se fait aux bêtes noires ; les grands seigneurs entretiennent pour courre les bêtes noires un équipage complet, qui se nomme vautrait ; il est composé de lévriers d'attache et de meutes de chiens courants. La chasse du vautrait doit commencer au mois de Septembre, lorsque les bêtes noires sont en bon corps.
(Vénerie) cri dont doit user le valet de limier en parlant à son chien, pour l'obliger à suivre les voies d'une bête quand il en a rencontré ; ce cri peut servir aussi pour faire guéter et reguéter les chiens courants.

Velcy-va-avant, cri que doit dire le valet de limier en parlant à son chien, lorsqu'il court une bête qui va d'assurance, et quand il en revient des voies, et quand ce sont des foulées ou des portées, il doit dire, velcy-va-avant par les foulées, ou portées, ou par les fumées, s'il s'en trouve et que c'en soit la saison.

(Vénerie) cri dont on doit user quand on voit des fuites de loup, de sanglier, et de renard.
v. neut. (Vénerie) c'est lorsque les bêtes noires suivent du boutoir la trace des mulots pour dénicher leur magasin, on dit aussi vriller, et si le sanglier a fait ses boutes dans les prés ou fraicheurs, cela s'appelle vermiller.
v. n. (Vénerie) c'est aller à la pâture ; il se dit du cerf, et autres animaux de la même espèce.