Imprimer
Catégorie parente: Arts & métiers
Catégorie : Verrerie
S. f. (Verrerie) vaisseau de gros verre noirâtre, qui est presque le seul en usage parmi nous pour le vin. Les bouteilles servent aussi à renfermer d'autres matières, soit liquides, soit solides, dont on craint l'évaporation ou l'évent. La quantité de bouteilles qu'on emploie parmi nous est si considérable, que nous avons plusieurs verreries occupées à ce seul ouvrage. Voyez l'art de faire des bouteilles à l'article VERRERIE.

BOUTEILLE, (Commerce) mesure des liquides dont on se sert à Amsterdam : elle n'est point différente du mingle. Voyez MINGLE. (G)

BOUTEILLES D'EAU, (Physique) on appelle ainsi les petites gouttes rondes d'un fluide quelconque, qui sont remplies d'air et qui se forment, soit sur la surface du fluide par l'addition d'un fluide semblable, comme quand il pleut ; ou dans sa substance, par une vive commotion intérieure de ses parties. Voyez. PLUIE. Les bouteilles ou bulles d'eau sont dilatables ou compressibles ; c'est-à-dire qu'elles occupent plus ou moins d'espace, selon que l'air qu'elles renferment est plus ou moins échauffé, ou plus ou moins pressé : elles sont rondes, parce que l'air renfermé agit également au-dedans d'elles en tout sens. La tunique qui les couvre est formée des plus petites particules du fluide ; et comme ces particules sont très-minces, et ne font que très-peu de résistance, la bouteille crève bien-tôt pour peu que l'air se dilate. Le mécanisme de ces petites bouteilles est le même que le mécanisme de celles que les enfants forment avec du savon, en soufflant au bout d'un chalumeau.

Lorsqu'on a mis une liqueur sous le récipient de la machine pneumatique, et qu'on commence à pomper l'air, il s'élève à la surface de la liqueur, des bouteilles ou bulles semblables à celles qui sont produites par la pluie. Ces bouteilles sont formées par l'air qui est renfermé dans la liqueur, et qui se trouvant moins comprimé lorsqu'on a commencé à pomper l'air du récipient, se dégage d'entre les particules du fluide, et monte à la surface.

Il en arrive autant à un fluide qui bout avec violence, parce que l'air qui y est contenu se trouvant raréfié par la chaleur, cherche à s'étendre et à se mettre au large, et s'échappe avec promptitude vers la surface du fluide, où il forme des bouteilles. Voyez BOUILLIR. (O)

BOUTEILLES, (Marine) ce sont des saillies de charpente sur les côtés de l'arrière du vaisseau de part et d'autre de la chambre du capitaine.

Les bouteilles sont à la place des galeries, dont l'usage fut supprimé par l'ordonnance de 1673. Leur figure ressemble assez à une moitié de fanal coupé de haut en-bas. Voyez Pl. I. lettre &. Les bouteilles n'ont guère qu'environ deux pieds ou deux pieds et demi de largeur, et sont conduites depuis les sabords de Sainte-Barbe jusqu'au couronnement. Voyez GALERIE.



Affichages : 1241