Imprimer
Catégorie parente: Physique particulière
Catégorie : Chimie
(Chimie) c'est un mot barbare dont s'est servi le premier Basîle Valentin pour désigner un remède panchreste, catholique, universel, une panacée infaillible, dont l'usage intérieur guérissait de tous les maux. Ce remède n'était autre chose, suivant lui, que le mercure philosophique, dont on peut voir l'éloge dans l'introduction à une longue vie de Jaep.... où cet auteur enthousiaste met le mercure, ainsi préparé, le phalaia, à la tête des remèdes dont l'effet est de prolonger le nombre des années ; ainsi il est intérieurement ce que leur aia est appliqué à l'extérieur. Rolfinkius a aussi employé le mot phalaia, mais dans un autre sens : il a donné ce nom à la teinture de jalap, formant par anagramme phalaia, de jhalapa. Tractat. de purgat. sectio IIe artic. 3. Voyez Castell. lexic.
Affichages : 1207