Pharmacie

(Pharmacie) nom que les Apothicaires donnent à un onguent suppuratif. Voici comme il se prépare. Prenez résine de pin, poix navale, cire jaune, de chaque une demi-livre ; huile d'olive, une livre et demie : faites-les fondre au bain-marie ; passez ensuite le tout. Cet onguent est nommé aussi tetrapharmacon : c'est un des meilleurs suppuratifs que nous possédions. Lemery ajoute à cette formule la térébenthine de Venise.

(Pharmacie) racine médicinale, en grande estime, surtout chez les Arabes, à cause de ses vertus cardiaques, aromatiques, et aléxitériales,

Il y a deux espèces de behen ; savoir, le behen album ou blanc, qui est insipide, faisant peu d'impression sur la langue, ou celle d'une petite amertume seulement qu'il laisse après lui. Les botanistes modernes prétendent que c'est la même chose que notre lychnis terrestris ; d'autres veulent que ce soit proprement le papaver spumeum. Le behen rouge, behen rubrum, a des fibres, est brun par dehors et rouge en-dedans : on présume qu'il n'est point différent de notre lemonium maritimum majus, ou lavande marine. L'un et l'autre viennent du Levant ; ils ont les mêmes vertus : on les substitue réciproquement ; il faut les choisir secs, et d'un goût aromatique astringent. (N)

(Pharmacie) électuaire des Egyptiens, qui leur excitait un délire gai et momentané.
S. m. (Pharmacie) décoction seconde du gayac et des autres bois sudorifiques, selon Castelli ; quoiqu'on puisse l'appliquer à la première décoction des bois ou racines ligneuses. Ces décoctions sont nécessaires dans tous les cas où il faut atténuer, diviser, et pousser par la sueur, et où les pores sont assez ouverts pour faciliter la sueur. L'usage de ces remèdes convient dans les rhumatismes froids, et aux constitutions froides et humides. (N)
sub. m. (Pharmacie) nom que l'on donne à des masses de bol qui sont de la grosseur du doigt : on les appelle aussi bol en bille.