S. f. (Histoire ecclésiastique) ornement d'église que portent les choristes ou chantres, et même le célébrant, dans certaines parties de l'office.

La chape est un vêtement d'étoffe de soie, ou d'or et d'argent, avec des franges et des galons, de couleur convenable à la fête ou à l'office que l'on fait ; elle couvre les épaules, s'attache sur la poitrine, et descend jusqu'aux pieds. Elle est ainsi principalement nommée d'un chaperon qui servait autrefois à couvrir la tête, mais qui n'est plus aujourd'hui qu'un morceau d'étoffe hémisphérique, souvent plus riche et plus orné que le fond de la chape. Anciennement on appelait celle-ci pluvial ; et on la trouve ainsi nommée dans les pontificaux et rituels, parce que c'était une espèce de manteau avec sa capote que mettaient les ecclésiastiques, lorsque par la pluie ils sortaient en corps pour aller dire la messe à quelque station. Voyez PLUVIAL et STATION.

Quelques-uns ont cru que nos rois de la première race faisaient porter en guerre la chape de S. Martin, et qu'elle leur servait de bannière ou de principal étendart. Pour juger de ce qu'on doit penser de cette opinion, voyez ETENDART, ENSEIGNES MILITAIRES. (G)

* CHAPE, en Architecture ; c'est un enduis sur l'extrados d'une voute, fait de mortier et quelquefois de ciment.

* CHAPE, (Ceinturier) ces ouvriers appellent ainsi les morceaux de cuir qui soutiennent dans un baudrier les boucles de devant, et celles du remontant. Voyez BAUDRIER.

* CHAPE, (Cuisine) couvercle d'argent ou de fer-blanc dont on couvre les plats, pour les transporter des cuisines chaudement et proprement.

* CHAPE, terme de Fondeur en statues équestres, en canon, en cloche, etc. est une composition de terre, de fiente de cheval et de bourre, dont on couvre les cires de moules dans ces ouvrages de Fonderie : c'est la chape qui prend en creux la force des cires, et qui la donne en relief au métal fondu. Voyez les articles BRONZE, CANON, CLOCHE, etc.

* CHAPE, (Fonderie) c'est cette partie faite en T dans certaines boucles, et percée à jour, et armée de pointes dans d'autres, qui se meut sur la goupille qui traverse en même temps l'ardillon, et dans l'ouverture de laquelle on passe d'un côté une courroie qui arrête la boucle dont l'ardillon entre dans une autre courroie, ou dans le bout opposé de la même. Il y a quatre parties dans une boucle ; le tour qui retient le nom de boucle ; l'ardillon, la goupille, et la chape : la goupille traverse le tour, l'ardillon, et la chape ; les pointes de l'ardillon portent sur le tour supérieur de la boucle ; et le tour inférieur de la boucle porte sur la partie inférieure de la chape.

* CHAPE, en terme de Fourbisseur, c'est un morceau de cuivre arrondi sur le fourreau qui en borde l'extrémité supérieure. Voyez les figures 12 et 13. qui représentent, la première le mandrin des chapes pour les lames à trois quarts ; et la seconde, le mandrin pour les autres lames.

* CHAPE, en Mécanique, se dit des bandes de fer recourbées en demi-cercle, entre lesquelles sont suspendues et tournent des poulies sur un pivot ou une goupille qui les traverse et leur sert d'axe, et Ve se placer et rouler dans deux trous pratiqués, l'un à une des ailes de la chape, et l'autre à l'autre aile : tout cet assemblage de la chape et de la poulie est suspendu par un crochet, soit à une barre de fer, soit à quelqu'autre objet solide qui soutient le tout. On voit de ces poulies encastrées dans des chapes, au-dessus des puits. Voyez POULIE.

* CHAPE, (Monnaie) est le dessous des fourneaux où l'on met les métaux en bain. Il est des chapes en massif et en vide. Voyez FOURNEAU DE MONNOYAGE.

CHAPE, dans l'Orgue, est la table a, b, c, d, (fig. 9. et 10.) de bois d'Hollande et de Vauge, dans les trous de laquelle les tuyaux sont placés. Voyez l'article SOMMIER de grand orgue.

Chape de plein jeu, représentée figure 13. Pl. Org. est une planche A, B, C, D, de bois d'Hollande, de deux pouces ou environ d'épaisseur, sur le champ de laquelle on perce des trous I, II, III, etc. qui tiennent lieu de gravure : ces trous ne doivent point traverser la planche dans toute sa largeur B C ; on doit laisser environ un demi-pouce de bois. Si cependant on aime mieux percer les trous de part en part, on sera obligé de les reboucher ; ce qui se fera avec une bande de parchemin que l'on collera sur le champ de la chape, après que les trous ou gravures que l'on perce avec une tarière, et que l'on brule avec des broches de fer ardentes de grosseur convenable, ont été percés. On perce autant de trous, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, sur le plat de la chape, qu'il doit y avoir de tuyaux sur chaque touche ; ces trous doivent déboucher dans les gravures : on les brule aussi et on les évase par le haut, afin qu'ils puissent recevoir le pied des tuyaux d, e, que l'on fait tenir debout sur la chape par le moyen d'un faux-sommier. Voyez FAUX-SOMMIER.

Lorsque ces pièces sont ainsi achevées et placées en leur lieu, on met des porte-vents de plomb, qui sont des tuyaux cylindriques de grosseur convenable ; ces porte-vents prennent d'un bout dans un trou de la chape du sommier du grand orgue, et vont aboutir de l'autre bout à une des gravures de la chape du plein jeu : ce qui établit la communication. Les porte-vents sont arrêtés dans les trous où ils entrent, par le moyen de la filasse ensuite de la colle-forte dont on entoure leurs extrémités. Il suit de cette construction, que le registre du sommier du grand orgue qui passe sous les trous où les porte-vents prennent, étant ouvert, que si l'on ouvre une soupape, le vent contenu dans la laye entrera dans la gravure ; d'où il passera par les trous de la table du sommier et ceux du registre et de la chape, dans le porte-vent de plomb, qui le conduira dans la gravure correspondante de la chape du plein jeu ; ce qui fera parler tous les tuyaux d, e, qui seront sur cette gravure.

CHAPE, c'est le nom que les Potiers d'étain donnent aux pièces de leurs moules qui enveloppent les noyaux de ces mêmes moules : ainsi, à un moule de vaisselle, la chape qui est creuse, est ce qui forme le dessous qui devient convexe ; il y a une ouverture à cette chape par où on introduit l'étain dans le moule, qu'on appelle le jet. A l'égard des chapes de moules de pots, il y en a deux à chaque moule qui forment le dehors du pot, et les deux noyaux le dedans. Le jet est aussi aux chapes, et le côté opposé s'appelle contre-jet. Elles se joignent aux noyaux par le moyen d'un cran pratiqué à la portée des noyaux. Il faut deux chapes et deux noyaux pour faire un moule de la moitié d'un pot. Voyez FONDRE L'ETAIN, et la première figure des Planches du Potier-d'étain.

CHAPE ; on donne ce nom dans les Manufactures de poudre, aux doubles barrils dont on revêtit ceux qu'on remplit de poudre. On emploie ces doubles barrils pour empêcher l'humidité de pénétrer au-dedans de celui qui contient la poudre, et de l'éventer. On enchape aussi les vins. Il y a vins emballés, vins enchapés. La chape des vins empêche aussi le vin de s'éventer ; mais elle a encore une autre utilité, c'est d'empêcher le voiturier de voler le vin.

CHAPE, adj. terme de Blason ; il se dit de l'écu, qui s'ouvre en chape ou en pavillon depuis le milieu du chef jusqu'au milieu des flancs. Telles sont les armoiries des Freres-Prêcheurs et des Carmes ; et c'est l'image de leurs habits, de leurs robes, et de leurs chapes.

Brunecost en Suisse, et au comté de Bourgogne, d'argent chapé de gueules. (V)