Imprimer
Catégorie parente: Beaux-arts
Catégorie : Architecture
S. f. (Architecture) c'est une petite route qu'on fait dans un bois pour former une allée, ou pour arpenter ; c'est en lever le plan quand on en veut faire la vente.

LAYE, (Jeu d'orgue) dans l'orgue est la boète E E, fig. 4. 6. 7. 9. 10, qui renferme les soupapes et le vent qui vient des soufflets par le gros porte-vent de bois qui s'abouche à une des extrémités de la laye, l'autre bout est bouché par une planche. Cette boète qui n'a que trois côtés, la partie du sommier où sont les soupapes faisant le quatrième, est composée d'une planche de bois de chêne, ainsi que tout le reste, de trois ou quatre pouces de largeur, un pouce ou trois quarts de pouce d'épaisseur, et aussi longue que le sommier ; cette barre est appliquée sur une partie des pièces X X, fig. 2. Orgue. Le côté F opposé à cette barre s'appelle le devant de la laye ; il est composé de deux planches entaillées à mi-bois dans tout leur circuit : cette entaille ou drageoir est fait avec un guillaume, aussi-bien que celui du châssis qui reçoit les deux devants de la laye ; voyez la fig. 6. qui est le profil, et les fig. 7 et 10. Les devants de la laye sont revêtus de peau de mouton collée par son côté glabre sur toute la surface qui regarde l'intérieur de la laye, afin de la fermer exactement. Chaque devant de laye a deux anneaux G G, fig. 7. 10. 14. qui servent à la pouvoir retirer quand on veut rétablir quelque soupape : les devants de la laye sont retenus dans leurs cadres par des tourniquets de fer p p, fig. 7 ; le dessous de la laye qui est le côté opposé aux soupapes est assemblé à rainure et languette avec le fond E de la laye, et à tenons et mortaises avec les trois morceaux de bois E E E, qui forment avec le châssis du sommier, les deux cadres entaillés en drageoir dans tout leur pourtour qui reçoivent les deux devants de la laye. A la partie intérieure du dessous de la laye est collée une barre de bois m, fig. 6, aussi longue que l'intérieur de la laye. Cette barre, qu'on appelle guide, est traversée par des traits de scie m m, fig. 7, parallèles et directement placés vis-à-vis ceux des soupapes qui doivent les regarder, voyez GUIDE. Ces traits de scie, tant ceux du guide m que des soupapes, servent à loger un ressort f g e, fig. 6 et 9, de laiton fort élastique. Ces ressorts ont la forme d'un U d'Hollande, et sont posés horizontalement en cette sorte ; ils servent à renvoyer et à tenir appliquées les soupapes contre le sommier, voyez RESSORT. Entre le guide m et le devant de la laye, sont des trous d e qui servent à passer les boursettes (voyez BOURSETTES) qui communiquent, par le moyen d'une S, aux anneaux f des soupapes. Les boursettes sont tirées par le moyen de la gette du sommier et de celles du clavier, voyez ABREGE. Tous les joints de la laye et du porte-vent sont couverts de peau de mouton parée (voyez PARER) ou de parchemin qui, lorsqu'il est bien collé, retient également le vent. Voyez les Pl. de Lut.




Affichages : 1198