SOUS-MULTIPLE
adject. en Mathém. &c. une quantité sous-multiple est celle qui est contenue dans une autre un certain nombre de fois ; & qui par conséquent étant répétée un certain nombre de fois, lui devient exactement égale.

Ainsi 3 est un sous - multiple de 21 : dans ce sens, sous - multiple revient au même que partie aliquote. Voyez ALIQUOTE.

Une raison sous multiple est celle qui est entre la quantité sous-multiple, & la quantité qui la contient ; ainsi la raison de 3 à 21, est sous - multiple. Voyez RAISON.
 
Encyclopédie de Diderot et d'Alembert
COSAQUE PDF Imprimer Envoyer
Histoire - Géographie
Écrit par Auteur anonyme   
Samedi, 01 Janvier 1752 09:00
(les) Géogr. mod. nation située aux confins de la Pologne, de la Russie, de la Tartarie, & de la Turquie. On en distingue plusieurs sortes : les Kosaki-porovi, qui habitent sur les rives du Boristhene : leur pays s'appelle l'Ukraine ; ils occupent aussi une partie de la Volhinie : les Kosaki-Donski habitent les bords du Don ou Tanaïs, & du Dnieper : enfin les Kosaki-Jaïki, qui demeurent le long du Jaïk. Tous professent la religion grecque, comme les Russiens, sous la protection de qui ils sont ; il y en a cependant qui sont sous celle des Turcs : ils sont belliqueux, adroits, & fort sujets à voler & à faire des incursions chez leurs voisins.
 
CRIMÉE PDF Imprimer Envoyer
Histoire - Géographie moderne
Écrit par Auteur anonyme   
Samedi, 01 Janvier 1752 09:00
(Géog. mod.) vaste contrée de la Tartarie. Les anciens l'ont connue sous le nom de Chersonese Scythique, ou Taurique, ou Cimmerienne, ou Pontique, parce qu'elle avance dans le Pont-Euxin ou la mer Noire, qui la borne au couchant, au midi, & partie à l'orient. On voit en ce pays-là des ruines des villes grecques, & quelques monumens des Genois, qui subsistent encore au milieu de la desolation & de la barbarie. Les habitans sont Mahométans ; ils sont gouvernés par un han, que nous appellons kam, nommé par la porte Ottomane, qui le dépose, dit M. de Voltaire, si les Tartares s'en plaignent, & encore plûtôt s'il en est trop aimé. Article de M. le Chevalier DE JAUCOURT.
 
UNIVERS PDF Imprimer Envoyer
Physique particulière - Physiologie
Écrit par Ephraim Chambers   
Dimanche, 01 Décembre 1765 09:00
S. m. (Phys.) nom collectif, qui signifie le monde entier, ou l'assemblage du ciel & de la terre avec tout ce qui s'y trouve renfermé. Les Grecs l’ont appellé τὸ πᾶν, le tout, & les Latins mundus. Voyez MONDE, CIEL, TERRE, SYSTEME, &c.

Plusieurs philosophes ont prétendu que l'univers étoit infini. La raison qu'ils en donnoient, c'est qu'il implique contradiction de supposer l'univers fini ou limité, puisqu'il est impossible de ne pas concevoir un espace au-delà de quelques limites qu'on puisse lui assigner. Voyez ESPACE.
Lire la suite...
 
AGE PDF Imprimer Envoyer
Histoire - Mythologie
Écrit par Denis Diderot (*)   
Lundi, 28 Juin 1751 09:00
(Myth.) Les poëtes ont distribué le tems qui suivit la formation de l'homme en quatre âges. L'âge d'or, sous le regne de Saturne au ciel, & sous celui de l'innocence & de la justice en terre. La terre produisoit alors sans culture, & des fleuves de miel & de lait couloient de toutes parts. L'âge d'argent, sous lequel ces hommes commencerent à être moins justes & moins heureux. L'âge d'airain, où le bonheur des hommes diminua encore avec leur vertu ; & l'âge de fer, sous lequel, plus méchans que sous l'âge d'airain, ils furent plus malheureux. On trouvera tout ce système exposé plus au long dans l'ouvrage d'Hésiode, intitulé Opera & dies ; ce poëte fait à son frere l'histoire des siecles écoulés, & lui montre le malheur constamment attaché à l'injustice, afin de le détourner d'être méchant. Cette allégorie des âges est très-philosophique & très-instructive ; elle étoit très-propre à apprendre aux peuples à estimer la vertu ce qu'elle vaut.
Lire la suite...
 
Plus d'articles...
«DébutPrécédent1234567SuivantFin»

Page 1 sur 7