(Analyse des hasards) c'est un coup où les dés jetés viennent tous sur le même point. Si vous voulez savoir le parti de celui qui voudrait entreprendre d'amener en un coup avec deux ou plusieurs dés, une rafle déterminée, par exemple terne, vous considérerez que s'il l'entreprenait avec deux dés, il n'aurait qu'un hazard pour gagner, et 35 pour perdre, parce que deux dés peuvent se combiner en 36 façons différentes ; c'est-à-dire, que leurs faces qui sont au nombre de six, peuvent avoir 36 assietes différentes, comme vous le voyez dans cette table,

ce nombre 36 étant le carré du nombre 6 des faces de deux dés. S'il y avait 3 dés, au lieu de 36 carrés de 6, on aurait le 216 pour le nombre des combinaisons entre 3 dés ; s'il y avait 4 dés, on aurait le carré 1296 du même nombre 6, pour le nombre des combinaisons entre 4 dés, et ainsi de suite.

Il suit de-là qu'on ne doit mettre que 1 contre 35, pour faire une rafle déterminée avec deux dés en un coup. On connaitra par un semblable raisonnement, qu'on ne doit mettre que 3 contre 213, pour faire une rafle déterminée avec trois dés en un coup, et 6 contre 1290, ou 1 contre 215 avec quatre dés, et ainsi de suite, parce que des 216 hazards qui se trouvent en trois dés, il y en a 3 pour celui qui tient le dé, puisque 3 choses se peuvent combiner 2 à 2, en trois façons, et par conséquent 213 contraires à celui qui tient le dé : et que des 1296 hazards qui se trouvent entre quatre dés, il y en a 6 qui sont favorables à celui qui tient le dé, puisque quatre choses se combinent deux à deux en six façons, et par conséquent 1290 contraires à celui qui tient le dé.

Mais si vous voulez savoir le parti de celui qui entreprendrait de faire une rafle quelconque du premier coup avec deux ou plusieurs dés, il ne sera pas difficile de connaitre qu'il doit mettre 6 contre 30, ou un contre 5 avec deux dés, parce que, si des 36 hazards qui se trouvent entre deux dés, on ôte six hazards qui peuvent produire une rafle, il reste 30. On connaitra aussi très-aisément qu'avec trois dès, il peut mettre 18 contre 198, ou 1 contre 11, parce que si des 216 hazards qui se rencontrent entre trois dez, on ôte 18 hazards qui peuvent produire une rafle, il reste 198, etc. (D.J.)

RAFLE, (Economie rustique) est le petit rameau tendre de la vigne où étaient attachés les grains de raisin ; on s'en sert à faire du vinaigre ; elle fait tourner le vin et le rend sur ; mais il faut pour cela la mettre en lieu où elle puisse devenir sure elle-même, avant que de la jeter dans le vinaigre, et pour cet effet, à présent, dès que la vendange est faite, on enferme les rafles dans des barrils, de peur qu'elles n'aient de l'air, parce que, si elles en avaient, elles s'échaufferaient et se gâteraient. On n'a pas jusqu'à présent trouvé d'autre moyen de les conserver que de remplir le vaisseau où on les a enfermées, de vin ou de vinaigre.

RAFLE, s. f. (terme d'Oiselier et de Pêcheur) sorte de filet triple ou contremaillé, pour prendre de petits oiseaux et des poissons.